Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog du voyage de Léna ! Pays parcourus en roulotte de 2012 à 2015 : France, Allemagne, Rép. Tchèque, Pologne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Serbie, Croatie, Slovénie, Italie, France... Pour 2017 un nouveau projet de voyage est en cours...

20 Dec

Lettre de C.I. Je suis tsigane de Roumanie

Publié par Léna

Coucou à tous ! Je donne ici, enfin, la parole à un amis, rencontré en Roumanie, en 2014. Pourquoi laisser ce texte sur mon ordinateur?

Ici tout le monde va bien. Les juments sont au parc avec quelques camarades cheval et poney. Le ventre d'Happy grossit... De mon côté je travaille encore et toujours sur le livre du voyage et vous réserve quelques petits dessins sans prétention. Patiente....

Place à la petite interview.

Peux-tu te présenter en quelques phrases?

Je suis un homme avant tout. Je m’appelle C.I. Je suis roumain, j’ai 64 ans. J’ai été au lycée mais je n’ai pas fait d’étude supérieure. Je suis tsigane et non rrom. Le mot « rrom » est un terme administratif créé par quelques hommes de pouvoir, mais il n’est aucunement une aide à mon peuple. Je voudrais simplement soutenir mon peuple, sans être un Nelson Mandela.

Pour toi la situation des tsiganes dans ton pays est très urgente, peux-tu nous expliquer pourquoi?

Une très grande partie des Tsiganes de Roumanie se trouve dans une pauvreté extrême. Les parents n’envoient pas leurs enfants à l’école, faute de moyens. Il faudrait faire des papiers, habiller correctement et proprement les enfants et leurs acheter des livres. Ils préfèrent donc les envoyer mendier. Qui ne va pas à l’école est analphabète et n’a donc pas accès à une formation et à un travail. Il en découle que la haine que les roumains ont pour nous grandit chaque jour. La misère se développe de plus en plus.

D’après toi, d’où viennent tous ces problèmes?

D’après mon opinion, tous les problèmes viennent de nos dirigeants. Nous avons perçu des aides humanitaires de l’Union Européenne mais rien n’a été fait en Roumanie pour améliorer la situation de notre minorité (à peu près 2 millions de tsiganes en Roumanie). Comme je l’ai déjà dit pour eux le mot "tsigane" est une honte, ils nous nomment désormais Rrom. En Roumanie c’est un nom de famille courant : Tigan Nicolae, Tigan Florica, etc. Ces gens doivent-ils maintenant s’appeler Rrom? et avec combien de R? Nous avons toujours été reconnus comme "Tsiganes" ou même comme "sales tsiganes", et si les gouvernements n’agissent pas urgemment ce n’est pas prêt de changer. L’ex-ministre des affaires étrangères Adrian Cioroianu a dit lors d’une interview en 2007 que tous les tsiganes devaient être déportés dans un désert. Si un homme commet un délit ou un crime, doit-on déporter tout son peuple dans un désert? Il y a quelques années ont été construit en Roumanie deux murs de ségrégation anti-tsigane (peut-être d’autres, mais il est difficile d’accéder aux informations), un a Brasov de 1,5 km de long, 3 m de haut surmonte de bouts de verre casse, l’autre a Geoagiu de 2 km de long. De tels murs coutent plus de 60 000 euros l’un. Voilà ce qu’on fait pour améliorer la situation. La politique actuelle n’est pas utile aux tsiganes. Par exemple sous la dictature de Ceaucescu chaque enfant, sans discrimination, avait obligation d’aller à l’école. De nos jours personnes ne se soucie de nos enfants. De toute façon pourquoi envoyer des animaux sauvages à l’école? Voilà le problème : nous ne sommes pas considérés comme des hommes, nous sommes tout juste bon à être jetés à la poubelle. De temps en temps, au moment des élections, on nous considère comme des hommes, on nous offre un verre de bière ou à manger et on nous dit pour qui il faut voter. Voilà comment on nous traite. Tous les gouvernements d’Europe se moquent de nous, ils nous ridiculisent et font de nous des voleurs, des criminels et des analphabètes. C’est pourquoi la haine grandit, la situation s empire chaque jour, à cause de leur manque d’intérêt pour nous. Pour ça nous sommes mondialement regardés de travers.

Que penses-tu des expulsions de "Rroms" à l’étranger, en France par exemple?

Si certains Tsiganes partent tenter leur chance à l’étranger, c’est parce que la vie est trop dure ici. Je reconnais que nous sommes pour beaucoup analphabètes et que nous manquons parfois de civilité, mais il faut bien tenter de survivre. Si nous nous faisons expulsés des pays étrangers ce n’est qu’une preuve de plus que les dirigeants politiques ne prennent pas leurs responsabilités vis à vis des minorités et de la pauvreté. Une preuve qu’ils ne s’occupent pas de nous. En théorie ils nous viennent en aide, mais dans la pratique ils ne se préoccupent que de leur propre confort.

Aurais-tu des solutions à proposer pour améliorer la situation?

L’aide humanitaire pour les Tsiganes doit être remis aux Tsiganes et ne doit pas être détournée. Nous avons besoin d’urgence de biens et de nourriture. Il faut savoir que les allocations familiales en Roumanie sont de 10 euros par enfants et par mois (ici un salaire normal est de 200 euros et les produits commercialisés sont aussi cher qu’en France). Je pense qu’une aide supplémentaire de 1 euros par jour par enfant tsigane pauvre pourrait aider leur famille. La moitié de cette somme devra être remis directement à l’enfant en pain quotidien. Il est de toute urgence que chaque enfant puisse manger et aller à l’école, sans devoir mendier. Je pense aussi qu’une forme de punition pourrait être infligée aux parents n’envoyant pas leurs enfants à l’école, peut-être sous forme de quelques heures de travail social. La scolarisation des enfants, l’accès aux aides qui nous sont destinées et le respect de nos droit en tant qu’être humain sont primordiaux et, je le répète, urgent.

Pour finir aurais-tu un souhait ou un message à faire passer?

Mon message pour les élus est qu’il faut faire des réunions pour et avec les Tsiganes, il ne faut pas qu’ils croient qu’eux seuls sont des hommes et que nous sommes des animaux. Nous devons tous discuter autour de la même table. Mon message pour les Tsiganes est de ne plus se laisser acheter au moment des élections, d’envoyer les enfants à l’école, de travailler et surtout de défendre leur droit face aux gouvernements. J’ai la profonde conviction que si nous n’agissons pas, nous Tsiganes, seront bientôt les esclaves modernes du peuple roumain. Il faut que chacun fasse de la politique avec ses capacités intellectuelles, peu importe son niveau d’étude. Enfin mon souhait serait que tous les habitants européens, quand ils rencontrent un mendiant ou un Tsigane pauvre, ne donnent pas de sous, mais discutent avec, offrent un bout de gâteau, demandent comment va la famille... Seulement alors, si nous nous sentons acceptés nous pourrons nous intégrer. Voilà ce que j’avais à dire, merci de m’avoir lu et écouté. Je m’appelle C.I. et je suis tsigane de Roumanie.

Dimanche 20 Juillet 2014.

C.I. et Léna

Lettre de C.I. Je suis tsigane de Roumanie
Commenter cet article
G
merci Lena de ce témoignage ; je souhaite qu'il touche beaucoup de personnes ;je connais cette population ici dans la région ; c'est dur de faire changer les mentalités ; tu es jeune , fonces!!<br /> tous mes voeux pour ce noel et la nouvelle année ; transmets aussi mes voeux à tes parents ; je t'embrasse ; Geneviève B
Répondre

Archives

À propos

Bienvenue sur le blog du voyage de Léna ! Pays parcourus en roulotte de 2012 à 2015 : France, Allemagne, Rép. Tchèque, Pologne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Serbie, Croatie, Slovénie, Italie, France... Pour 2017 un nouveau projet de voyage est en cours...